Historique des fouilles paléontologiques du Konservat-lagertätte permo-carbonifère de Blanzy Montceau
Konservat-lagertätte permo-carbonifère stéphanien de Blanzy Montceau


Cataloguage et pré détermination de la Collection des nodules fossilifères Sotty 2
Par Daniel Sotty - Inventeur des nodules fossilifères de Blanzy Montceau et animateur du Groupe des Amis du Muséum d'Autun





Les sites des Sotty
Généalogie Sotty Lauvergnier
Annie et Daniel
Annie Sotty
Vivre à Frontenard
Alexandre Sotty
Journal de la Pepette
Liberté - Dignité - Responsabilité

Y Faire Savoir

Passions et aventures
Paléontologie
Fossiles Montceau
Cyclotouristes
Tahiti
Notre maison école à Autun
Montceau les mines

Contacts et liens








Les pistes de tétrapodes
Langiaux - Sotty
La physiophile 1975















piste de tétrapode fossile à Montceau-les-mines
Fossiles
de Montceau-les-mines
Saône et Loire

Tout le contenu de ces pages sur les fouilles paléontologiques par le Groupe des Amis du Muséum d'Autun, n'est qu'un simple extrait du rapport de travail d'inventaire (un peu arrangé) fait par D. Sotty en 1999 et des publications antérieures, en aucun cas, il ne prétend être une quelconque étude ; il ne contient que des données brutes et des observations personnelles de Daniel SOTTY et du groupe G.A.M.A. pendant les périodes de collectage et de catalogage. Il ne pourra ni être copié ni publié, même partiellement, sans autorisation de l'auteur.
La coordination scientifique et les études futures sont confiées au Laboratoire de Paléontologie du Muséum National d'Histoire Naturelle, sous la responsabilité de Cécile POPLIN. La gestion administrative et tout l'aspect muséologie sont confiés à la Ville d'AUTUN et, en particulier, au M.H.N.A, sous la direction de son conservateur, Dominique CHABARD.

1 / HISTORIQUE DU CATALOGAGE : Novembre 1996 - Différents problèmes liés au nouveau Maire d'Autun apparaissent au M.H.N d'AUTUN, concernant la qualité de la conservation et, assurément, la pérennité de la collection de nodules fossilifères, dite Collection SOTTY2, véritable patrimoine national et international, et surtout car elle est pour moi, le fruit de plus de 20 années de recherche. Avec Gilles Pacaud, je m'engage totalement et à temps complet au sauvetage et à la sauvegarde de cette collection
Mars 1997 - Les premiers contacts sont pris avec le M.N.H.N pour donner la collection SOTTY2, à la seule condition que j'en réalise l'inventaire (dans le contexte, je n'ai confiance qu'en moi.).
Juillet 1997 - Les bases d'un accord entre les services de la Mission Musée, le M.N.H.N, la Ville d'AUTUN et moi-même sont trouvées : La collection SOTTY2 est donnée au Muséum National d'Histoire Naturelle, lequel la dépose, sous sa responsabilité, au Muséum d'Histoire Naturelle d'AUTUN, après la réalisation de l'inventaire et du catalogage par moi-même.Début de la préparation du travail de catalogage : informatique, méthode, documentation, rassembler la collection.
1 septembre 1997 - Création de l'entreprise Annie et Daniel SOTTY, chargée de réaliser l'inventaire.
22 octobre 1997 - acceptation de la collection SOTTY2 par le Conseil d'Administration du Muséum National d'Histoire Naturelle.
3 janvier 1998 - Début du catalogage : la première partie consiste à reprendre tous les nodules ouverts en 1980 et 1981.
12 septembre 1998 - fin du catalogage de la première partie.
2 novembre 1998 - début du catalogage de la deuxième partie, consistant à ouvrir 29000 nodules.
24 mars 1999 - fin du catalogage, sachant que, avec l'accord de Philippe TAQUET et Cécile POPLIN, 3000 nodules seront entreposés aux intempéries (temps x) pour savoir s'ils s'ouvrent naturellement et comment (méthode Mazon Creek).

2 / REMERCIEMENTS :
Mes premiers remerciements vont naturellement à Cécile POPLIN et Dominique CHABARD, pour toute l'aide et les conseils qu'ils m'ont apportés tout au long de ce travail.
Ensuite, je tiens à remercier :
le Muséum National d'Histoire Naturelle, Philippe TAQUET tout particulièrement.
la Mission Musée en la personne de Jean Dominique WAHICHE.
La Ville d'AUTUN, le Maire Didier MARTINET et le Premier Adjoint Jean Pierre GAUFFRE.
Je n'oublie pas Gilles PACAUD, les Houillères du Bassin de BLANZY et tous les collecteurs bénévoles du groupe G.A.M.A. (Groupe des Amis du Muséum d'AUTUN), sans lesquels cette collection n'aurait jamais eu cette importance.
Enfin, un très grand merci à mon épouse Annie SOTTY, qui a réalisé un travail fantastique et à Noëlle GONON qui a réalisé tout le travail de classement des archives et a fait bénévolement la gestion administrative et comptable de mon entreprise.
Et aussi à mes enfants qui m'ont soutenu matériellement pendant toute cette période ; j'en avais bien besoin.

3/ DECOUVERTE DES NODULES DE MONTCEAU LES MINES :
Dans les années 50, tous les gosses ( et aussi les adolescents ..! ) de la cité ouvrière de la Sablière (cité minière de Montceau les mines) où j'habitais profitaient au mieux de cet exceptionnel terrain de jeu ... les exploitations minières en découverte dont certaines étaient devenues des immenses "trous" boisés ... alors comme tous, j'ai ramassé des "empreintes" (fossiles houillers).
C'est à cette époque que j'ai vu pour la première fois "un nodule fossilifère" avec un insecte à l'intérieur ..... et pendant presque 30 années je vais les chercher ... allant régulièrement dans les carrières. Je collectais les fossiles houillers avec l'appui d'Henry Parriat, qui me guidait et me conseillait ...
Puis au milieu des années 60, les exploitations houillères de surface reprennent avec de gros moyens ... et tout naturellement les trouvailles s'accumulent
Les trouvailles se succèdent, amphibiens fossiles en 1969, insectes fossiles en 1970 et les traces fossiles de vie et locomotion en 1975 ..... trouvées dans un gisement exceptionnel en qualité et en diversité ... la grande majorité sera publiée dans la revue périodique de la Société d'Etudes des Sciences Naturelles et Historiques de Montceau les mines "la physiophile " sous la direction de notre "maître" .. Henry Parriat ... les pistes fossiles d'amphibiens et de reptiles seront co-signées par Jean Langiaux et moi-même
mais toujours pas de nodules....
Début 1979, la mesquinerie, la malhonnêteté et bêtise de ce monde des "collectionneurs", des "suceurs de roues" et des "apprentis savants" ont fini par me décourager ... et je décide de donner les quelques 6000 fossiles houillers que je possède, mais pas à n'importe qui ! .... je continuerai d'aller en carrière .... mais uniquement pour apprendre à mes enfants ...
Deux hommes , Marcel Lucotte, Maire d'Autun et surtout Gilles Pacaud, conservateur du Muséum d'Histoire Natuelle d'Autun .. vont alors croire en moi et à l'intérêt de cette collection ...
Au mois de mai 1979, un dimanche matin alors que j'étais avec Annie et mes enfants en carrière .... je casse "une boule" comme je le faisais régulièrement .. sans succès ...depuis plus de 20 ans, mais cette fois-ci et pour la première fois .... je trouve un animal fossile dans un nodule ... une petite crevette (syncaride) ... puis en peu de temps j'ouvre une dizaine de nodules avec des arthropodes fossiles
Je venais de trouver la couche fossilifère que je cherchais depuis plus de 20 années et aussi je tenais une " vraie aventure " qui permettrait à mes enfants de s'identifier à quelque chose de fort et d'important et de se sentir solidaire d'une équipe.. J'avais trouvé un sujet qui permettrait aussi à mes enfants de démystifier et de relativiser la richesse, la puissance, la connaissance, la célébrité, le bien, le mal et le rôle social.

4 / ONT PARTICIPE A L'AVENTURE NODULE FOSSILIFERE :
Préparation .... Avec Gilles Pacaud, nous avons immédiatement compris que la découverte était exceptionnelle ..... nous devions éviter de le faire savoir trop tôt, afin de tenir à distance les "collectionneurs", les "suceurs de roue" et les "apprentis savants" .... mais nous devions aussi constituer une équipe puissante, motivée, honnête et connaissant bien le terrain .... Nous avons donc créé G.A.M.A (Groupe des Amis du Muséum d'Autun) pour la logistique nécessaire. Dans un premier temps, quatre familles ont travaillé en secret .... tous les jours et à n'importe quelle heure ... donnant de fausses pistes et collectant les nodules et les informations ... Nous avons réussi a travailler presque huit mois avant que l'information de cette trouvaille exceptionnelle se propage ... mais nous avions une telle avance ... une équipe puissante et organisée ... une expérience du terrain ... la logistique d'un muséum ... et déjà plus de 30000 nodules collectés ..
L'équipe de départ ... Noëlle Gonon, Roger Gonon et leur fille Esther Gonon (9ans) .... Jacqueline Pesce, Sylvain Pesce et leurs enfants Jean Sylvain Pesce (17ans), Jean Jacques Pesce (15ans) et Dominique Pesce (12ans) ... Monique Montagne, Guy Montagne et leurs enfants Nadine Montagne (16ans) et Alain Montagne (12ans) .... Jocelyne Pacaud et Gilles Pacaud et naturellement ma famille avec Annie Sotty (mon épouse), Estelle Sotty (15ans), Jean Charles Sotty (12 ans) et Frédérick Sotty (10ans). une fois de plus, je tiens à les remercier tous pour leur disponibilité, leur compétence et leur honnêteté.
Ont participé activement aux fouilles .... Gérard Descus, Jean Leballeux, Jacques Oudard, Lucie Sotty et Joseph Sotty, Catherine Bert, Gilles Rouet, François Prost, Eliane Teyssier, Agnès Foucault et Romain Foucault, Michel Morlat, Joseph Denier, Claude Gonon, Germaine Lauvergnier et Louis Lauvernier, le Groupe Géologie d'Hispano Suiza, Jean Louis Vatinel, Jean Paul Vives, Renée David et André David, Gérard Gouyet, Pierre Samirant, Jean Krier, Le Groupe Géologie de Dassault Velizy, Annick Gérard et Jean Louis Gérard, Jocelyne Garnier, Le Groupe Géologie Dassault St Cloud, Janine Jirmoumsky et Gérard Jirmoumsky, Jacques Narbonne, Jeanine Deves et Alain Deves, Nicole Chevoir et Jacques Chevoir, Francis Payeur, Jacqueline Seigneur et Alain Seigneur, Claudine Sice et Christian Sice, Le Groupe Géologie Renault, Gérard Cambergue.
Ont effectué les relevés topographiques ... Arlette Guérini et Noël Guérini
Nous ont aidés et soutenus ..... La ville d'Autun, Les Houillères du Bassin de Blanzy et les mineurs de Montceau Les Mines
Nous ont aidés et conseillés ... Le Muséum National d'Histoire Naturelle (Laboratoire de Paléontologie), Daniel Heyler, Sylvie Secretan, Yves Paquette, Georges Gand, La S.H.N.A, Henri Gautherin.
Et le Muséum d'Histoire Naturelle d'Autun .... et toute son équipe dynamique .
Mais surtout, je tiens à remercier tout particulièrement Gilles Pacaud pour sa compétence, son dynamisme et l'amitié qu'il m'a offert.

5 / NOMBRE DE NODULES COLLECTES ET CATALOGUES :
L'important, en ce début d'année 1999, était que l'essentiel de la collection de nodules fossilifère de Montceau les Mines, soit définitivement sauvé et possède un véritable statut juridique, et ce, grâce à la volonté et aux efforts conjugués de toutes les personnes énumérées plus avant, que je remercie à nouveau.
Au 24 MARS 1999, j'ai catalogué toute la collection et donné un numéro à tous les nodules appartenant à la collection SOTTY2 qui sont déposés au M.H.N.A, et qui sont actuellement en cours d'étude ou d'ouverture ou qui ont été comptabilisés et détruits avant fin 1981, car apparaissant stériles.
Soit 108731 nodules.
Provenance des nodules dans les différents sites d'exploitation de Montceau les mines :
Carrière Sainte Hélène à Montceau les mines : 3 niveaux
Carrière Saint François à Montceau les mines : 1 niveau + remblais
Carrière Saint Louis Montceau les mines : 10 niveaux + remblais
Etat :
74726 ont été ouverts et numérotés.
31005 sont numérotés et seront ouverts dans le futur (nous cherchons toujours un moyen non destructif d'ouverture).
3000 sont numérotés et sont exposés au intempéries pour savoir s'ils s'ouvrent naturellement, quand et comment.



6 / TEMPS DE CATALOGAGE :
Avant le 3 janvier 1998, négociation du protocole et préparation du catalogage : 377 heures
Du 3 janvier 1998 au 12 septembre 1998, catalogage 1ère partie : 2723 heures
Du 13 septembre 1998 au 1 novembre 1998, rangement au musée et préparation : 102 heures
Du 2 novembre 1998 au 24 mars 1999, catalogage 2ème partie : 1494 heures
Du 31 juillet 1997 au 24 mars 1999, soit sur 20 mois
579 jours écoulés, samedi, dimanche et jours de fête compris
4696 heures travaillées pendant les 579 jours d'affilé, soit 8,11 heures de travail effectif par jour.

7 / CONTENU :
Sur 69844 nodules ouverts et après une première classification, soit 64,23% du total des nodules catalogués.
26280 soit 37,62% contiennent un animal ou un débris animal en comptant les coprolithes
21595 soit 30,92% contiennent un animal ou un débris animal en excluant les coprolithes
19338 soit 27,68% contiennent un débris végétal (au maximum 2 pennes de dernier ordre pour les fougères, 6 verticilles pour les équisétales, ou un morceau de tronc)
26996 soit 38,65% apparaissent stériles ; ce pourcentage est certainement beaucoup trop élevé du fait de notre mode d'ouverture des nodules, surtout tout au début où nous n'avons pas été assez vigilants. (voir, à ce sujet, la différence entre la première partie de catalogage et la seconde)
3339 soit 4,78% contiennent un animal (ou débris) et un débris végétal ; ce pourcentage est très faible et à mon avis c'est une première surprise de ce catalogage, à savoir que j'ai compté comme débris végétal, un débris de taille de l'ordre du millimètre et que les coprolithes sont comptabilisés.

8 / LES NODULES CONTENANT DES VEGETAUX :
Comptabiliser les fossiles végétaux et en imaginer un paysage peut paraître absurde ; pour ma part, je suis persuadé, après ce travail de catalogage, que certains spécialistes franchiront ce pas et pourront reconstituer des micro-paysages car, dans le cas des nodules fossilifères de Montceau, nous avons tout marqué, tout collecté ce qui était dans les couches à nodules, que les fossiles soient en plaques ou en nodules ; alors certains chiffres sont surprenants et méritent une attention toute particulière, d'autant que la qualité de conservation est exceptionnelle, dévoilant des structures conservées et des fibres colorées et comme actuelles. Dans ce domaine également nous avons de quoi passionner un authentique spécialiste en paléobotanique, plus intéressé par l'étude des cuticules que par l'aspect macroflore.
A regarder d'un peu plus près et en comptabilisant la flore contenue dans les couches à nodules, j'ai été tout d'abord surpris par la petitesse, voire l'extrême petitesse des fossiles, alors que le schiste contenant les nodules ne contient pratiquement aucun végétal ou débris, à l'exception de la couche -12 qui contient beaucoup de fossiles végétaux en plaque.
Autres surprises : A l'intérieur des 19338 nodules contenant au moins un débris végétal, 63,38% contiennent des petits débris indéterminables, 24,98% des nodules sont composés d'une véritable bouillie végétale et 35,14% contiennent de toutes petites brindilles. Et même en comptabilisant les végétaux déterminables :
Pour les équisétales, seulement 31,52% sont représentés par au moins un verticille, 59,57% sont la fossilisation d'au moins une foliole, et le reste est principalement des fragments d'épis fructifères ou de calamites.
Pour les fougères pris au sens le plus large, c'est encore plus significatif : seulement 15,92% sont la fossilisation d'au moins un penne de dernier ordre, alors que 66,44% ne sont la fossilisation que d'un fragment de penne de dernier ordre comportant 10 pinnules et plus, enfin 18,04% contiennent moins de 10 pinnules. Dans les principales couches, le plus grand nodule contient un lepidophyllum de 40 cm, et je n'ai jamais retrouvé de nodules comportant plus de 2 pennes de dernier ordre pour les fougères et plus de 4 verticilles pour les équisétales ; enfin, la taille moyenne du fossile végétal ne dépasse pas 2 cm.
Tout cela, il faut le répéter, avec une qualité de fossilisation exceptionnelle.
Comme toutes personnes connaissant la flore houillère stéphanienne par le terrain et non à travers des exemplaires de collectionneurs :
J'ai été étonné par certaines absences dans la flore des couches à nodules
Les cordaites : absentes, même sous forme de très petits fragments de feuilles
Les odontopteris, les neuropteris et les sphenopteris : pratiquement absents.
Et surtout les sphenophyllum sont absents, à l'exception de sphenophyllum Longifolium présent en grande quantité mais uniquement dans la couche -12.
Enfin, autre étonnement, la flore des couches à nodules est dominée par deux espèces représentant 81,65% de toutes espèces déterminables répertoriées :
Annularia stellata GUTBIER : 66,14% de toutes les espèces déterminables ; elle est représentée à 61,21% par des folioles, avec une très bonne qualité de conservation ; il est possible de retrouver une analogie avec un sous-bois de conifères actuels, d'autant que seulement 1,58% des Annularia stellata sont associées à un débris végétal.
Pecopteris unita BRONGNIART : 15,51% de toutes les espèces déterminables, mais 86,19% de toutes des fougères réunies (au sens le plus large) et, pour cette espèce, je ne l'ai jamais retrouvée associée avec un débris végétal.
Dans le même niveau, nous avons, d'un côté, deux espèces fossilisées séparément et en petits exemplaires, mais de bonne qualité, et de l'autre, à l'intérieur d'un nodule, une véritable bouillie végétale alors que le schiste contenant les nodules ne contient rien.
A titre indicatif, les 2 espèces Annularia stellata et Pecopteris unita, ne représentent dans la collection SOTTY1, collectée pendant plus de 20 années dans toutes les exploitation de Montceau, que 5,89% de l'ensemble de tous les végétaux déterminés.

9 / NODULES AVEC CONTENU ANIMAL :
A l'intérieur des 26280 nodules avec un contenu animal, soit 37,63% de l'ensemble des nodules ouverts catalogués, j'ai recensé :
6976 nodules contiennent au moins un débris animal non déterminable (à mon niveau, et compte tenu du dégagement réalisé), soit 25,54% des nodules à contenu ou d'origine animale et 9,99% des nodules ouverts
4817 coprolithes (voir plus loin), soit 18,33% des nodules à contenu ou d'origine animale et 6,90% des nodules ouverts
10845 nodules contiennent au moins un arthropode, soit 41,27% des nodules à contenu ou d'origine animale et 15,53% des nodules ouverts
2676 nodules contiennent au moins un bivalve, soit 10,18% des nodules à contenu ou d'origine animale et 3,83% des nodules ouverts
1094 nodules contiennent au moins un animal vertébré , soit 4,16% des nodules à contenu ou d'origine animale et 1,57% des nodules ouverts
380 nodules contiennent au moins un annélide ou animal long non vertébré, soit 1,45% des nodules à contenu ou d'origine animale et 0,55% des nodules ouverts
8 nodules contiennent un arthropleuride, soit 0,03% des nodules à contenu ou d'origine animale
5 nodules contiennent un onychophore, soit 0,02% des nodules à contenu ou d'origine animale
319 nodules contiennent des "œufs", soit 1,21% des nodules à contenu ou d'origine animale. Dans 104 nodules, ces "œufs" semblent être dans une "ponte", dont 41 fois associés à un animal. Je pense qu'une étude très intéressante pourra être faite sur les œufs et spores
Enfin 8 fossilisations animales, relativement bien conservées, pourraient être des animaux beaucoup plus rares pour Montceau ; éponge ? oursins ? coelentérés ? ou ? et 191 animaux ont été classés "problématica",

10 / LES ARTHROPODES :
Le groupe animal le mieux représenté dans les nodules fossilifères de Montceau : en effet, 10845 nodules contiennent au moins (souvent plusieurs) un arthropode soit 65,68% des nodules contenant une fossilisation animale hors coprolithe ; il faut savoir que la méthode d'ouverture et le niveau de dégagement ont très nettement diminué ce pourcentage.
Plus de 10.000 arthropodes répartis dans 12 grands groupes, tout en sachant qu'il reste encore à ouvrir 35,77 % des nodules récoltés, soit 38887 nodules provenant pour la très grande majorité des couches les plus intéressantes et les plus riches.
C'est la Collection SOTTY2, et c'est pour la conservation de ce patrimoine que je me suis battu et que j'ai accepté certains sacrifices ; mais maintenant tout cela est définitivement sauvé et, encore une fois, je remercie toutes les personnes qui m'ont aidé à cette conservation.
Dans les 10845 nodules où j'ai repéré un arthropode, j'ai été capable, compte tenu de mon niveau, du temps dont je disposais et des moyens de dégagement que je possédais, d'identifier et de cataloguer dans un grand groupe seulement 54,36% des arthropodes fossiles, soit 5895 répartis dans les grands groupes suivant : arthropleurides, syncarides, phyllocarides, insectes, apterygotes, ostracodes, arachnides, scorpionidés, merostomes, euthycarcinoides, myriapodes, branchiopodes et isopodes.
223 arthropodes n'ont pas pu être positionnés dans un grand groupe, bien que la fossilisation soit bonne.
Sur les arthropodes, compte tenu de la méthode de collectage et de catalogage, je pourrais donner une multitude de renseignements très intéressant, comme les associations, les tailles, les répartitions dans les couches, la qualité de fossilisation, etc…
A titre d'exemple :
Les Ostracodes ; j'ai pu définir qu'ils étaient presque toujours regroupés dans des coprolithes avec végétaux ou amas de petits débris végétaux.
Les syncarides ; la plus petite : 0,7 cm, la plus grande : 3,1 cm, la taille moyenne : 1,47 cm.
Mais je peux dire aussi que la tête de syncaride est intéressante 1516 fois (les appendices 1202 fois et le telson 1451 fois) etc.. etc… autant de données à étudier par les spécialistes qui le voudront

11 / LES VERTEBRES :
Bien que 1094 nodules contiennent au moins un animal vertébré, ceux ci apparaissaient dans les nodules fossilifères de Montceau, et jusqu'à présent, comme le groupe animal le moins bien conservé et aussi le moins bien représenté.
101 poissons fossiles seulement, dont 43 acanthodes, sont souvent mal conservés ; une étude plus approfondie pourrait faire apparaître des éléments anatomiques encore inconnus ; en effet, les poissons ont souvent été fossilisés en volume et, même s'ils semblent mal conservés, il est possible de voir des détails comme "l'intérieur du crâne".
989 vertébrés tétrapodes fossiles ont été retrouvés dans les nodules, tous catalogués comme amphibien, mais il est certain qu'il y a des reptiles et des amphibiens ; à mon avis tout reste à faire dans l'étude de ces vertébrés tétrapodes, surtout du fait que la conservation exceptionnelle, en volume, permet de voir des parties molles, comme des intestins, de la peau, ou ... ?

12 / LES COPROLITHES :
Dans les nodules de Montceau, j'ai différencié 7 grandes catégories de coprolithes fossiles
Les coprolithes spiralés contenant des écailles : 10,56%
Les coprolithes contenant des débris d'arthropodes, qui ne sont jamais spiralés : 3,84%
Les coprolithes spiralés avec aucune structure visible à mon niveau : 2.67%
Les coprolithes non spiralés avec aucune structure visible à mon niveau, souvent de la pyrite
Les coprolihes contenant des débris végétaux, avec des spores, des fibres végétales souvent bien fossilisées et contenant quelquefois des ostracodes ou autres petits animaux : 11,57
Les coprolihes contenant des débris végétaux, très pyritisés et avec beaucoup de débris mal fossilisés : 26,42%
Les coprolithes entourés d'une véritable bouillie végétale : 2;02%

Daniel Sotty


La collection Sotty au Muséum National d'Histoires Naturelles de Paris







Daniel et Annie Sotty
2 rue de l'Abergement
71270 Frontenard
daniel@sotty.com

hébergement site chez online.net